Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de cimo
  • : émotions, coups de coeur, coups de gueule, délire, humour, dérision... à lire selon votre humeur!
  • Contact
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 19:45

La félicité du   papillon morpho

 

L’été jetait ses premiers feux

Sur le bouquet de coquelicots

Que butinait un bleu morpho

En son devoir très studieux

Une belle posée sur boutons d’or,

Tout près de là, attentive, festonne

Exhalant  de subtiles phéromones

 Rêvant du beau bleu un  bel accord

Pas  de garçonnet en col marin

Plus de belle dame en crinoline

Pour contrarier ce beau dessein

Le romantisme a meilleure mine.

Ainsi songeait le vieil homme

Mémorisant   alors avec plaisir

La scène pour son intime album

Où seul l’amour  est  à saisir.

 

CIMO  21/09/2020

Partager cet article

Repost0
19 avril 2020 7 19 /04 /avril /2020 21:05

Le décideur et les experts

 

 

En cette période les experts en tous genres pullulent, car nous ne le savions, nos formations en tous domaines sont sans conteste parmi le meilleures au monde. N’y voyons là aucune ironie.

Les décideurs sont donc confrontés à une montagne de discours, d’avis, argumentés avec brio, beaucoup de conviction, quelquefois complémentaires mais souvent contradictoires, émanant de personnes éminentes pour lesquelles il ne peut être question ici de douter de leur savoir et de leur intégrité intellectuelle.                                                                                     Nos décideurs de tous ordres et de tous niveaux sont donc éclairés voire aveuglés par des éclairages aux faisceaux orientés en des points si divers qu’ils sont comme la flamme soumise à vents tournants.                                                                                                                                               

Gouverner, décider à tout niveau est, reconnaissons-le humblement, nous qui n’avons pas la charge de le faire, un art délicat qui demande courage et abnégation. Mes propos ne dédouanant pas bien sûr les décideurs aux vues à court terme ou/et supputant des bénéfices politiciens ou autre intérêts mercantiles.

A ce propos que penser des réseaux dits sociaux, de ce déversoir de mauvaise foi, souvent de haine ou pire de désinformation, trop souvent relayés par certains médias sans scrupule.

J’ose à peine, en ces temps où ne s’exprime plus le doute, rappeler les mots de mon vieil instituteur « les conseilleurs ne sont pas les payeurs ».

  Au risque de passéisme les ya-qu’à- faut- qu’on du café du commerce paraissent aujourd’hui bien sympathiques avec leur langage fleuri, leur truculence irrespectueuse quelquefois grossière sans vulgarité et sans haine.

Gardons le moral, ne hurlons pas avec les loups et ayons une affectueuse pensée pour nos vieux instituteurs qui tentaient de nous apprendre à penser par nous-mêmes et ne relayer aucun dire que nous n’ayons vérifié.

   Gardons le moral et l’esprit clair en ces temps qui brouillent notre sens critique, à commencer par celui de votre modeste serviteur.

 

                                                                    Cimo 19 avril 2020

Partager cet article

Repost0
15 avril 2020 3 15 /04 /avril /2020 13:26

Lune rousse

En cette nuit, mer apaisée en ses mystères
Ils contemplent à l’est le cap et son phare

Elle de bel âge automnal lui déjà en hiver
Heureux d’être là devant un paysage si rare


 


Comme un mirage, par un fil invisible élevée
Elle monte dans la nuit, lentement, en majesté
Sublime disque nocturne cerclé d’anneau d’or
Et rousse elle donne son reflet cuivré au décor

    
Ébahis comme des enfants au pied du sapin
Tels adolescents à leurs premiers émois
Heureux, émerveillés, ils vivent une grande joie 
Partagée à deux en un bonheur tout enfantin


Ne raillez, ne moquez point ces deux là
Capables d’enthousiasme pour ce gala
Offert sur une scène aux décors somptueux
Toujours touchés par le monde du merveilleux 

                                       Cimo 14 avril 2020

Partager cet article

Repost0
13 avril 2020 1 13 /04 /avril /2020 16:26

PROM’ EN PLEURS 

 

Sous le soleil d’avril déjà chaud

La Prom’ pleure ses badauds

Éloignés par la vague pandémienne

Et les vagues délaissées n’en reviennent

 

 

Découvrant l’effort sur trottoirs alentours

Animés de soudain appétit sportif

Souffrant en soufflet de forge sans détour

Ils agitent hors cadence des corps bien rétifs

 

 

Les capillarités d’âges mêlés s’agitent et s’exposent

Étalant leur diversité en patchwork de teintures

En curieuses danses de courses de pas ou de pause

Forçant par trop quelquefois une hésitante musculature 

 

 

Combien de mal de dos de déchirure de tendinite

Combien de jeunes ou vieux néo sportifs en péril

Se dit la Prom’ inquiète gros dos en ses galets

Bien tristes orphelins par les vagues à peine consolés

 

 

Mais fille de l’espoir elle songe alors à sa prochaine vie

Que bientôt après le temps où sournois gagne l’ennemi

Quand le mal sera vaincu le nouveau temps enfin venu

Elle séchera ses pleurs fière et belle pour ses fidèles revenus

 

                                               Cimo 13 avril 2020

Partager cet article

Repost0
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 19:35

                                         La Dame du boulevard
 

 

En beauté d’âge mûr
Élancée, de simple élégance
La dame de fière allure
Offre son sillage de fragrances.

 

Sur ce front sans nuage
Dans ce regard clair et hardi
Qu’imaginer de sa vie
Du calme ou de l’orage 

 

Fût-t-elle folle aventurière
Chercheuse savante
Noble ou roturière
Sublime mère aimante ?

 

Le mystère s’épaissit
Au fond de ses yeux d’or
Où l’on plonge éblouis
En supputant son sort.

 

Alerte et pétillante
Dans sa saison d’automne
Sans souci de la suivante
Elle vit le présent qui se donne.

 

Renonçant alors à connaître
Songeant qu’en sa saison
Son destin est encore d’être
Faisons-nous une raison.

 

Laissons notre imagination
Vagabonder dans les nuages
Parfumés aux airs de saison
Que la dame laisse en son sillage.

  cimo12avril 2020

Partager cet article

Repost0
cimo - dans rimes
13 février 2020 4 13 /02 /février /2020 15:56

Le funambule

 

 

 

 

Papa regarde comme c’est beau.

Là haut on dirait un oiseau.

Regarde, sors de ta  bulle,

Sur le fil danse le funambule !

Vois comme il glisse, le front lisse

Regarde comme il danse à sa guise

Au-dessus de la rue qui l’envie

Qui admire et applaudit !

Là haut tout doit être beau

Tout prés des oiseaux !

Vois-tu le rythme si doux

D’une danse sans à-coup ?

Regarde le ciel dans ses yeux

Son sourire accroché aux cieux !

Quand je serai grand, papa

Loin des tracas, du fatras,

J’irai courir sur le fil !

Ce ne peut être difficile

De souhaiter vivre

En homme libre !

 

 

 

Cimo  le 29 octobre 2007

 

 

 

Partager cet article

Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 14:48

VIVANTSNum-riser0022.jpg

Ils tracent leurs sillons

Comme on écrit une chanson

Comme le coeur funambule

Dans la poitrine du somnambule .

 

Ils aiment les moissons
Pour leurs soirs polissons
Et savent boire le vin,

En rêvant  de beaux destins.

Pour des amours nées au soleil

Ils pleurent des larmes de miel

Et, riches de leurs infortunes

Ils chantent l'espoir à la brune.   

 

Ils parlent aux elfes nains,

Des esprits bien incertains

Qui écrivent à l'encre de lune

De sombres histoires en rune

 

Ils ouvrent grand les yeux

Quand on leur parle d'être vieux,

Que l'humain est d'habitudes.

Ils sont sans certitudes.  

 

Pour apaiser les ouragans

Ils ont la musique et le chant.

Ils glissent dans le temps

Vers l'ultime printemps.  

 

 


                                                      cimo

 

                                                   

 

 

,

 

 

Partager cet article

Repost0
4 mars 2019 1 04 /03 /mars /2019 12:00

Rue Nouvelle

 

 

 

Il est une rue de ville gardoise

Que , sans chercher noise,

L’on voudrait renommer

                     Rue de la bonne amitié.                        


ls sont objecteurs

Cadres supérieurs

Employés ou ingénieurs,

Ils ont même chaleur.

 

I
ls sont retraités

D’âges écartés

De métiers éloignés

Toujours à s’entraider.

 


Ils sont de tous horizons

De toutes opinions

Et la rue souffle tolérance

Amitié , partage sans nuance.

 

 

Que soient protégés de la haine

Des discours de faux prophètes

Ceux qui savent faire la fête

Pour des amis qui rompent la chaîne!

 

CIMO

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 13:53

L’ORGUEIL DU CONIFERE

 

 

J’étais le plus gros, le plus beau, le plus haut

De la vieille futaie de ce vénérable château.

Je tutoyais le ciel

Je caressais l’arc-en-ciel.

Sous terre ou dans les airs,

A d’aucuns servais de repaire.

 

Des conifères j’étais l’empereur,

Visité des princes, des rois, des bateleurs.

Jaloux, un dieu subalterne et rageur
M’expédia le tonnerre, l’éclair et le feu,

De ma cime admirable faisant un méchant pieu !

 

Du château la gent nobiliaire,

Fit alors de moi son auxiliaire

Et dans la cheminée au blanc manteau,

Chauffant maîtres et commensaux,

Illuminant les tristes lieux,

Je brille encore de mille feux !

 

Cimo  le2 novembre 2009

 

Partager cet article

Repost0
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 13:52

Si un jour je deviens…

 

Si je deviens un jour poète

La tête en joie, le cœur en fête,

Je célèbrerais en vers l’océan

Les fleurs, le ciel, le printemps

Et  le bonheur d’être vivant,

De savourer le temps présent.

 

Si j’étais un jour poète

Le cœur en joie, la tête en fête,

De mon  fauteuil  confortable

Je ne verrais que l’agréable

Et point de l’âtre la suie

Mais seule la flamme qui réjouit.

 

Poète, en vers je rêverais,

La lune  décrocherais

Avec  quelques  étoiles à offrir

A l’aimée pour la chérir

Et fleurir au jour le jour

Notre amour pour toujours.

 

 

Cimo

Partager cet article

Repost0