Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de cimo
  • Le blog de cimo
  • : émotions, coups de coeur, coups de gueule, délire, humour, dérision... à lire selon votre humeur!
  • Contact
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 11:40

La vieille dame.

 

 

J’ai rêvé d’un ciel sans nuages,

En Colombie meurent les otages.

J’ai rêvé d’un monde en paix,

Le sang coule à Bombay.

 

J’ai rêvé d’un monde civilisé,

A Bagdad barbarie banalisée.

J’ai rêvé de femmes libres aux bazars,

Les obscurs les cinglent au hasard.

 

J’ai rêvé d’océans de roses,

Les bateaux évacuent leurs choses.

J’ai rêvé de l’homme éclairé,

Financiers cupides affairés.

 

J’ai rêvé de peuples en partage,

A Jérusalem la haine en héritage.

J’ai rêvé de vie sacrée,

Les albinos sont massacrés.

 

La vieille dame, manteau râpé

M’a écouté, par le bras attrapé

M’a rappelé, en riant,

Seule la mort nous livre au néant.

Au diable les financiers véreux

Les fous se réclamant de dieu

Les dogmatiques, les fesse- Mathieu

Les politiciens menteux

Les joueurs de flûte pernicieux,

Ils ne seront jamais joyeux !

……………………..

 

J’ai rêvé de mille fleurs

De petits et grands bonheurs,

J’ai vu une vieille dame

Chanter la vie sur macadam !

 

 

CIMO       4déc.2008

Repost 0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 15:00

 

au   Luxembourg
--------------
 
 
 
 
Etre sénateur chenu sage pas trop remuant
Ca peut quelquefois être très amusant
Suffit de regarder au détour d’un beau discours
Les gens étonnants du jardin du Luxembourg .
 

Il en est qui courent en riant avec leurs enfants
D’autres jouant au ping- pong menton doublant .
Certains pratiquent l’art d’étirement , mystiquement
En faisant des mouvements de poignets ,savants .
 

Il y a ceux qui courent et suent ,bedaine en avant
Et d’ autres qui se musclent tout en vous lorgnant
Pour voir l’admiration dans le regard des passants
Des passants gourmands mâtant le jean des mamans .
 

Il y a ceux qui croient que le monde entier les attend
Eux et leurs œuvres bourrées de mille talents
Et puis ceux qui, l’air propre et même suffisant
Font des petits bruits, lâchement en marchant .
 

Il y a des joyeux , des vrais , des heureux
Qui regardent les cieux ,regard lumineux
Parce qu’ils pensent à eux , à leur pieu
Quand il est fait pour l’amour et ses jeux .
 

On voit aussi des mémés qui n’ ont pas la télé
A petits pas , interloquées ,ouvrir les quinquets
Sur les minettes et minets aux lèvres bien soudées
Qui se tiennent embrassés comme elles ont oublié .
 

Et puis des enfants de tous âges , exigeants
Qui tirent leurs parents , porte-monnaie ouvrant
Vers les ânes trottinant , trottinant et crottant
Et les marionnettes où guignol est toujours bastonnant .
 

Alors je vous le jure on peut y voir de grands benêts
Enfin initiés aller vers les gardes à l’entrée
Yeux exorbités de vin et de bière avalés
Assurer que les bâtons sur eux c’est tricher !
 
 
CIMO 
 
 
 
 
Repost 0
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 15:37

 

 

Coucher de soleil sur la Prom’
 
 
 
Du pourpre au corail jusqu’aux traînées de fauves éclaboussant
 
De l’orangé à l’or jusqu’aux lambeaux de mauves finissants ,
 
Le ciel s’embrase , coquet , sans pudeur , éclatant les couleurs ,
 
Exposant en Baie des Anges son tableau de splendeurs .
 
 
 
Quelques nuages sombres gorgés d’humidité diluaient les couleurs .
 
Devant eux , dansaient ,vaporeux , erratiques ,les cirrus voyageurs .
 
Alors que leurs flancs estompés s’ornaient de tendres filaments d’opaline ,
           
Ils jonglaient avec de splendides bouquets aux douces teintes violines .
 
 
 
Au bord de l’infini , ciel et terre mêlés , noire et dentelée
 
Timidement la Corse s'imaginait en ses plus hauts sommets .
 
De frêles voiles déployées tâchaient de blancheurs la ligne incertaine
 
Que notre imaginaire peuple à l’envi de gorgones ou de sirènes .
 
 
La mer étalait son écume en vagues molles sur des galets déjà moroses .
 
Le jour finissant l’ habillait ,au loin ,de gris changeants aux reflets roses
 
Et la laissait encore s’offrir, aux bords, en sa parure d’émeraude
 
Avant d’en finir en la couvrant sans émoi du noir manteau de maraude .
 
 
Un instant bien court , avant que disparaisse le disque flamboyant
 
En son écrin de roches cristallines qui l’accueillent en rougissant ,
 
L’Estérel s’allume , fier de ses rougeoiements , sûr de recevoir ,
 
Comme tous les soirs , du corps céleste sa part de gloire .
 
  
                                                                               CIMO
Repost 0
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 10:07

Brises latérales

 

 

 

Avant les temps de grands changements

Deux chenilles s’aimaient tendrement

Cheminant côte à côte langoureusement

Amour platonique assurément.

 

Aux temps du carcan, au temps du cocon

Les chrysalides tinrent bon

Se préparant, sereines, à l’unisson

A l’élan qui les uniraient pour de bon.

 

Enfin chrysalides devinrent papillons.

Exposées ainsi aux pièges hors cocon

Les beaux papillons papillonnèrent

Imprudemment et sans repères.

 

C’est ainsi que perdant  l’innocence

L’une par le Nordeste fut attirée

L’autre par l’alizé à l’instant subjugué,

Confiant à ces vents la belle romance.

 

Voisines en océan, on ne sut comment,

L’élégante voilure d’un blanc voilier,

Le doux duvet de l’oiseau géant

Réunirent un jour les amants au hunier.

 

Chacun avait sa vie bien avancée

Le papillon avait famille en sa maison

La papillonne comptait aussi un compagnon

Toutes choses faisant l’affaire compliquée.

 

Et bien qu’enfin cet amour en fusion

Fît pâlir les étoiles de confusion,

Le moment tant rêvé ne dura que l’été…

La vie a ses règles en société !

 

Comment ici écrire une morale

Tirer leçon de cette histoire

Puisque nul papillon, blanc ou noir

Ne sait résister aux brises latérales ?!

 

Cimo        4 août 2007

 

 

 

 

Repost 0
11 septembre 2015 5 11 /09 /septembre /2015 12:34

VIVANTSNum-riser0022.jpg

Ils tracent leurs sillons

Comme on écrit une chanson

Comme le coeur funambule

Dans la poitrine du somnambule .

 

Ils aiment les moissons
Pour leurs soirs polissons
Et savent boire le vin,

En rêvant  de beaux destins.

Pour des amours nées au soleil

Ils pleurent des larmes de miel

Et, riches de leurs infortunes

Ils chantent l'espoir à la brune.   

 

Ils parlent aux elfes nains,

Des esprits bien incertains

Qui écrivent à l'encre de lune

De sombres histoires en rune

 

Ils ouvrent grand les yeux

Quand on leur parle d'être vieux,

Que l'humain est d'habitudes.

Ils sont sans certitudes.  

 

Pour apaiser les ouragans

Ils ont la musique et le chant.

Ils glissent dans le temps

Vers l'ultime printemps.  

 

 


                                                      cimo

 

                                                   

 

 

,

 

 

Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 14:20
                                              fratricides                                       
Ils ont mêmes coutumes, même couleur de peau
Même Dieu et encore bien d’autres maux.
Ils vivent chichement sur de maigres arpents
Prient et implorent le ciel de réduire le tyran.
 
Le démon est rusé, cruel et tout puissant
Il soumet le peuple aux caprices de l’instant.
Lourd est le joug, dure et précaire toute vie, 
De l’innocent rebelle, aux rares insoumis !
 
Enfin ils l’ont chassé, lui et ses obligés.
Ils ont alors pris les armes et se sont entretués,
Fratricides, sans états d’âme, au nom de Dieu,
Comme l’ont toujours fait leurs aïeux !
 
Quoi, celui-là qui prie l’Autre, le rival,
Qui ne sait distinguer le verre du cristal,
Devrait-il avec nous occuper le trône vacant
Et dicter comme nous la loi du moment !?
 
Il est sourd au vrai Messager, comment le punir 
Nous les seuls élus pour les temps à venir ?
Le sort des armes nous a fait victorieux,
Nôtre Guide réglera ce contentieux !
 
Mort aux égarés en religion dévoyée !
Mort à l’étranger aux mœurs frelatées !
Sus à l’athée, l’ennemi, le traître impie
Qui doute et s’écarte de la vraie prophétie !
 
Et vous, infâmes menteurs, vils blasphémateurs,
Comment osez-vous accuser nôtre chef, nôtre sauveur,
Sa famille, l’honorable clan qui nous fait prospères,
De népotisme, de tyrannie et pis, d’actes pervers ?
 
Savez-vous qu’il a pour nous l’amour d’un père,
Que par lui nôtre famille n’est plus en guerre,
Qu’il ne manque jamais à la sainte journée de prière,
Que sa sagesse souveraine est reconnue par ses pairs ?
 
Pour avoir ainsi offensé la personne du Maître,
Votre misérable vie, ce jour doit s’y remettre
Car enfin traiter de tyran nôtre vénérable Père
Ne peut être que de traîtres opposants sectaires !    
 
 
                                                          cimo, le 15mai 2004
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
    
 
 
                                                   
Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 17:43
 

 

reve   au   soleil
 
 
 
 
 
Sur l’île désolée , le soleil brûlait
Ma tête tournait , les rêves souriaient .
Au large je nageais ,  Jacky on m’appelait
 Fanette aimante à mes côtés .
 
 
 
 
 Les mouettes plongeaient et criaient , les bêtes ,
Jacassaient , tournaient dans l’azur étonné
Comme au temps des manéges , au temps de la fête
Quand Jacques interpellait, que Georges copinait !
 
 
 
 
Sur l’Olympe des poètes tous les jours étaient fête
Georges chantait , racontait et même bavardait
Ronsard ,Villon , tous les autres et Rimbaud , si beau
Semaient des mots pleins d’ étoiles comme unique cadeau.
 
 
 
  Le courroux apaisé par ce don inespéré , la mer    
Pour mieux nous embrasser ,amante attentionnée
Nous portait , nous dorlotait et soudain , forte mer
Nous emportait , perdus d’amour au ciel d’été .
 
 
 
 
Les mouettes plongeaient ,criaient , les bêtes
Jacassaient et tournaient dans l’azur étonné
Comme au temps des manéges , au temps de la fête
Quand Jacques interpellait , que Georges copinait !
 
 
 
 
CIMO 
 
 
Repost 0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 18:26

 

Le nouveau compteur EDF LINky coûterait 7.5 Milliards d'euros  pour son installation généralisée à l'horizon 2020.La

 

raison qui sous-tend cette démarche "intelligente"est de permettre au consommateur de mieux maîtriser sa

 

consommation d'énergie. Je propose une autre démarche tout aussi "intelligente": offrir un cahier d'écolier le plus

 

basique qui soit et inciter le dit consommateur à relever chaque jour le compteur actuellement en place, ça coûtera

 

beaucoup moins cher à EDF c'est à dire  au contribuable-consommateur (l'Etat est actionnaire majoritaire d'EDF).

Repost 0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 16:27

LA NATURE DE LHOMME



L'homme est bon                                                                              Nous adorons la nature
La société le corrompt                                                                    Les bêtes et leurs parures

Pour la femme voilée                                                                       Pour le tourisme garanti
Pour le fils baillonné                                                                       Pour le veau en étui
Le flic abattu                                                                                     Le croco de Mimi  
Le voyou soutenu                                                                              La margelle du puits
Le pochard sans boisson                                                                 La toison des oursons
Je veux être moins con                                                                    Je veux être moins con

Aux ordres la piétaille                                                                    L'homme est cultivé
Gagnez notre bataille                                                                     On dit qu'il est branché

Pour le peuple soumis                                                                     Pour le poète inconnu
Pour le frère ennemi                                                                       Pour l'artiste aux pieds nus
Le soldat insoumis                                                                           L'intello ensalonné
La tuerie en série                                                                             La culture estampillée
Les notes du clairon                                                                         Le crin crin du violon
Je veux être moins con                                                                     Je veux être moins con

Nous sommes tolérants                                                                     Nous sommes des amoureux
Notre éducation y prétend                                                               Un brin
superstitieux

Pour l'idée emprisonnée                                                                  Pour les amours éperdues
Pour le croyant dupé                                                                         Pour Margot toute nue
Le livre autodafé                                                                                 La corde du pendu
L'homme excommunié                                                                       La jupe bien tendue
Les têtes dans le son                                                                          Les traits de cupidon
Je veux être moins con                                                                      Je veux être moins con

L'homme est vertueux                                                                       Nous dirons aussi en vrac
Il est grand et généreux
                                                                    Pour vider le sac

Pour le clochard têtu                                                                          Pour la femme battue
Pour tous les coins de rue                                                                 Pour la mère du disparu
L'usurier sans frein                                                                           Le pauvre que l'on fuit
Le meurtre de caïn                                                                              Les coups de pieds au cul
La putain au balcon                                                                             Les voleurs de révolution
Je veux être moins con                                                                       Je veux être moins con.   

                                                     CIMO

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 17:53

une autre version   écrite  à quelques mois d'écart; quelle est votre préférée?

 

    école buissonnière

 

Deux enfants ravis têtes nues

Cheveux au vent de maître Eole

Heureux de n’être point tenus

Sur les bancs de la vieille école

S’abandonnaient sans retenue

En cette matinée particulière

Aux  vagues océanes familières

Aussi régulières que têtues.

 

Il était écolier elle était écolière

Complices en école buissonnière

Entre vent et arc- en- ciel

Le cœur empli de merveilleux

Rêves peints en bleu de ciel

Doux bonheur d’être à deux

Amours rares enfantines

Entre chocolat et tartines.

 

Que ceux qui n’ont connu ces détours

Pleurent aujourd’hui pour toujours

Sur leur  jeunesse à jamais perdue

Et pardonnent aux enfants du jour

Cet étrange bonheur sitôt   disparu.

 

 

                                   CIMO    mars 2012

 

Repost 0