Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de cimo
  • Le blog de cimo
  • : émotions, coups de coeur, coups de gueule, délire, humour, dérision... à lire selon votre humeur!
  • Contact
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 15:22

 

 

UN GRAND ECLAT DE RIRE

 

 

 

Ils sont des cents, ils sont des mille

Dans les entrailles des grandes villes

Dans les brousses stériles, faméliques

En Asie, aux Amériques, en Afrique.

 

 

Du haut de leur montagne de certitudes

Par les républiques gracieusement instruits

Les docteurs ès racines professent avec bruit

Que sans elles l’individu n’est qu'incertitudes.

 

 

Ils ne connaissent que faim et vermine

Chiffonniers ignorés des rues du Caire

Enfants de Bombay sans aide ni repères

Qui rêvent de couper ces maudites racines.

 

 

Sur l’Olympe des faux dieux

Docteurs dérisoires en inconscient

Armés de recettes de faux savants

Ils ignorent la force des miséreux.

 

 

Ils n’entendent pas le grand éclat de rire

Du bougnat qui ailleurs trouva sa mine

Du berger pyrénéen libre en Argentine

De l’Amérique et des immigrés qui la firent.

 

 

 

Ils ont oublié que face à la faim, à l’adversité

L’Homme a toujours au fond de lui puisé

La force d’avancer puis de  recommencer

Et couper les attaches qui le font prisonnier.

 

                                                                

                                                              CIMO  17 avril 2008

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marine.D------> Voix-Iroise.Over-Blog.com 28/04/2008 18:18

Rigole !
Grand malfaiteur,
Ennemi publique des populations maudites...
Soumises aux caprices, de feu et de sang,
Qu'endure nos enfants...

Ton poème est saisissant, j'en ai d'ailleurs commencé un moi-même :)
Peut-être bientôt en ligne sur notre blog.
Merci pour ce joli moment.

chrystelyne 24/04/2008 22:02

Un très beau poème qui m'interpelle ! Un cri, un espoir, une invitation à larguer les amarres, ton poème est tout cela à la fois ! Aujourd’hui, le moindre petit bobo nécessite un psy comme si on voulait effacer, nier la capacité de l'homme de puiser en soi la résistance à la souffrance, à la douleur, aux aléas de la vie, comme s'il fallait toujours tout expliquer, tout comprendre, comme si il n'y avait qu'une seule voie, comme si la vie devait être sans traumatismes ! En effet Partir , renier ses racines quand elles sont prison , peut aussi être libérateur , arrêtons d'instrumentaliser à outrance la douleur, de formater nos réponses à la souffrance , chacun est unique , retrouvons confiance en notre propre capacité à réagir , à renaître à la vie, à espérer , à nous battre ! Ton poème est un appel à être soi, à accueillir la vie dans sa multiplicité, à en accepter toutes les dimensions ! C’est d’ailleurs particulièrement affolant pour les enfants qu’on éduque aujourd’hui en les ménageant de toute contrariété, j’en mesure chaque jour dans mon travail les ravages !!!!

bises et amitié
chrystelyne

cimo 24/04/2008 22:34



ma chère chrystelyne tu as parfaitement saisi le sens de ce texte que j'espérais un jour écrire et qui est enfin sorti... oui la liberté, l'autonomie, la dignité de l'être humain c'est d'abord
d'accepter puis d'assumer la vie avec toutes ses joies et ses vicissitudes et le langage pseudo psycho dans lequel on enferme nos enfants et les adultes qui souffrent
m'inquiète.  merci de ta visite toujours  trés appréciée. J'essaierai  maintenant de faire un texte plus léger...une sorte de respiration intellectuelle genre "le gri gri" ou
"le luxembourg".amitiés



domi 22/04/2008 08:35

c'est un très beau cri

"ils ignorent la force des miséreux"...
c'est plein d'enseignement...

D'Ocean 20/04/2008 16:20

Nous voyons tous la misère en surface, mais tu ressens jusqu'au fond des racines la puissante réserve latente...qui surgit un jour..espoir encore...des vers cinglants, dénonçant cette docte arrogance...
Merci cimo..bon dimanche***~~

cimo 21/04/2008 14:14


oui j'avoue que je suis agacé par un environnement pseudo psycho genre" nos racines...faire son deuil etc..." serions-nous devenus si fragiles que nous ne supportions plus peines, douleurs et
autres vissicitudes qui font pourtant de nous des vivants?


KTie06 19/04/2008 19:55

Magnifique. En effet cela valait la peine d'attendre que tu peaufines ce qui germait en toi.
C'est vrai que l'homme est programmé pour toujours rebondir et larguer les amarres. Seulement il y a parfois des forces obscures et plus puissantes qui l'en empêchent.
Cependant j'ose espérer avec toi et croire qu'un jour il s'en sortira.
Bon dimanche.
Amitiés.
KTie

cimo 21/04/2008 14:17


en effet il existe des forces qui retiennent l'Homme prisonnier, il n'est pas besoin d'en rajouter avec un discours pseudo psycho...je suis trés heureux de tes visites , merci Ktie06.


jean-claude 18/04/2008 17:11

Tôt ou tard, on largue ou coupe les amarres de nos destins quand il n' y a plus rien à perdre...
Merci de ton passage chez moi, blog en souffrance actuellement, mais il revivra lui aussi.
Bonne journée
Jean-Claude

cimo 21/04/2008 14:20


Merci de ta visite Jean claude et pour ton blog pas de souci, la liberté c'est aussi de ne rien faire ...


gazou 18/04/2008 08:48

ton poème est plein d'espérance,j'aimerais que la dernière strophe soit vraie pour tout le monde

cimo 21/04/2008 14:23


Oui Gazou moi aussi, mais que l'on n'ajoute pas à nos "retenues" un enfermement psycho véhiculé par des gens qui en font leur fonds de commerce.bonne journée et merci pour tes réactions toujours
trés attendues.